Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Menu utilisateur / rechercher

tournée

Une tournée des situations délicates pour le ramassage des ordures ménagères

Le maire Michel Breuille et l'équipe Veolia-Rimma, en charge de la collecte de déchets ménagers, s'étaient donné rendez-vous à 5h45 place de la République ce jeudi, jour de ramassage. D’abord quelques minutes devant la Mairie pour faire connaissance, un gobelet de café à la main, bien venu en ce petit matin de décembre.

Il s’agissait de faire le point sur les situations délicates (impasses, ruelles, stationnements anarchiques) que peuvent rencontrer les équipes de collecte sur le territoire d’Essey et d’embarquer dans le camion pour un test grandeur nature.

Première surprise en montant dans la cabine, c’est l’environnement high-tech mis au service du chauffeur qui, via les caméras extérieures et des rétroviseurs XXL peut avoir une vision à 360° autour de la benne. Sur le moniteur vidéo, le chauffeur a accès à de nombreux paramètres, position des rippeurs, alertes anti-collision, niveau de remplissage de la benne, etc. Mais ces aides techniques ne le dispensent pas d’une attention soutenue et de chaque instant, le danger étant partout, devant, derrière, à droite, à gauche mais aussi en hauteur avec tel balcon dans une ruelle ou tel arbre qu’il conviendrait d’élaguer.

La deuxième surprise de cet échange avec l’équipe de propreté, c’est la proximité avec les habitants. Notre chauffeur, sur la tournée depuis 17 ans, témoigne : « Là, on est devant chez  M. X, il vient de perdre sa femme, il est parti en maison de retraite… Cette maison-ci est bien décorée pour Noël, c’est un jeune couple qui l’a achetée… Ici, les mois d’été, on trouve trois bouteilles d’eau préparées par des habitants… »

Matériel high-tech, personnel motivé, baisse du volume des déchets, tout est donc rose ? Non ! Les services de la Métropole ont recensé en 2015 une trentaine de points noirs sur le seul territoire d’Essey. Pour certains, une solution a été trouvée et mise en œuvre rapidement, souvent avec la collaboration et la compréhension des habitants concernés. D’autres points noirs ne trouvent pas de solutions techniques acceptables. L’autre catégorie de difficultés, en particulier dans les impasses, est du seul fait d’une minorité d’automobilistes qui stationnent leur véhicule et obstruent le passage, pénalisant ainsi l’ensemble des riverains alentour. Il faut bien garder à l’esprit que si la benne à ordures ne passe pas, il en est de même pour le camion de déneigement et de surcroît, pour les véhicules de secours.

Cette opération qui a permis une approche très concrète, au cas par cas, s’inscrit dans un travail mené à Essey depuis plus de deux ans avec la Métropole, dans le souci d’optimiser la collecte des déchets et surtout d’améliorer la sécurité des rippeurs, métier à risque, particulièrement en milieu urbain. De graves accidents, parfois mortels, sont à déplorer.

N’oublions pas que  “Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas”