Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Menu utilisateur / rechercher

kdo

Nos bouts de choux à l'honneur cette semaine !

Si la municipalité met un point d'honneur à considérer tous les Ascéens sur un pied d'égalité, elle place au coeur de ses priorités les citoyens en devenir. En témoignent d'ailleurs la richesse de sa politique Jeunesse et Petite Enfance, ou encore l'obtention du label "Ville Amie des Enfants" décerné par l'UNICEF en 2011... Un engagement et des valeurs qui, au fil des années, se sont ancrés dans l'identité même de la ville et ce qu'elle défend. 
Cette année, la journée de la Petite Enfance était exceptionnellement  associée au désormais incontournable Printemps Littéraire. 
Samedi 21 mai, la Maison de la Parentalité et le Relais Assistantes Maternelles ont ouvert leurs portes pour faire découvrir la structure et aller à la rencontre des familles, tout en leur proposant des ateliers adaptés à leurs besoins. En parallèle, l'inauguration de la Crèche Pitchoun dans ses nouveaux locaux situés à la Caserne Kléber a eu lieu dès 16h30. 
L'événement s'adressait surtout aux familles : toutes celles qui se sont agrandies au cours de l'année étaient conviées, au même titre que les assistantes maternelles, les partenaires ou encore les élus municipaux... Tous ont répondu à l'appel et se sont mobilisés en nombre ! En effet, le rendez-vous a été couronné de succès puisqu'à midi déjà, une centaine de personnes avait déjà fait le déplacement... Un déplacement qui valait d'ailleurs le coup, compte tenu du nombre et de la qualité des activités proposées au public ! Divers ateliers adaptés à l'âge et aux besoins de chacun se sont tenus. Pendant qu'une conteuse racontait ses féériques histoires aux plus petits, les moins jeunes plébiscitaient l'atelier maquillage, tandis que les parents participaient massivement à l'activité "Portage de bébé"... La Pêche à la Ligne a quant à elle séduit toutes les générations, fédérant petits et grands avec à la clé de nombreux cadeaux offerts par les partenaires. Et puisque le goût et l'expression artistique se cultivent dès le plus jeune âge, les élèves des écoles maternelles et des services périscolaires de la ville ont aussi contribué à l'événement. En effet, quelques semaines auparavant a été imaginée "La Grande Lessive", pour laquelle les enfants ont dessiné sur du linge, qui a été suspendu à de grands fils installés en l'air, faisant lever les yeux au ciel et guidant les familles de la Maison de la Parentalité jusqu'à la Maison des Associations, où se tenait en même temps le Printemps Littéraire... 

Associer expression artistique et littérature, une belle façon de relier la petite enfance à l'amour de la culture... 

Bien loin d'être un nouveau-né, le Printemps Littéraire a fêté ce samedi sa huitième édition. Cette manifestation organisée en partenariat avec l'association Bibliothèque Pour Tous se consacre à la littérature sous toutes ses facettes et accueille tous les ans de nombreux auteurs de tous genres, de tous registres, de tous styles. La littérature n'est plus la forme culturelle ancestrale, sacralisée et 'intouchable' qu'elle a pu être. Elle vit et évolue au gré des évolutions de la société, s'adaptant à nos pratiques culturelles. Le Printemps Littéraire oeuvre justement en ce sens : elle n'est pas destinée qu'à une élite intellectuelle, mais s'adresse à tous les publics, amateurs ou spécialistes. 
Une trentaine d'auteurs était donc présente à la Maison des Associations pour rencontrer, échanger, débattre, découvrir, tisser du lien social et culturel avec les Ascéens. Les plus jeunes ont eux-aussi trouvé leur place puisque des écrivains spécialisés en littérature jeunesse étaient conviés. De nombreuses animations ont rythmé ce Printemps Littéraire : dédicaces, exposition de photographies, concours de dessins, lecture de contes... 
Tout a été pensé pour que le salon rencontre le succès qu'il mérite. Toutefois, le bilan reste assez mitigé car seule une trentaine de timides s'est déplacée.